Accéder au menuAccéder au contenu principalAccéder au pied de page
Retour aux articles

Le salon Viva Technology, la grande messe de l’innovation au goût de tech for good ?

Rédigé le par

C’est quoi Viva Technology, tech & innovation ?

Viva Technology c’est le salon de l’innovation, certains diront le CES à la française. Depuis 2016, le salon réunit à Paris Porte de Versailles de nombreux acteurs start-up comme entreprises autour de l’innovation technologique. Le salon a été fondé par Publicis Group et Groupe les Echos en 2016, il est devenu en seulement 4 ans la plus grande conférence technologique annuelle dédiée à l'innovation et aux start-up à Paris.

Cette année, Viva Tech revient en mode hybride : on line et présentiel (uniquement 1J par visiteur en présentiel et sous certaines conditions). Durant 4 jours, on peut y découvrir quelques-unes des dernières innovations sur l’environnement, l’inclusion et les technologies de rupture. Les trois premiers jours sont destinés aux professionnels (start-up, investisseurs, cadres, …) et sera ouvert au public le quatrième jour.

Viva Technology, un salon mondialement connu

Le salon Viva Technology s’est rapidement imposé comme l’un des plus grands événements de l'année dans son genre. La conférence Viva Technology rassemble les leaders mondiaux des entreprises, des start-up, des investisseurs, des chercheurs et des penseurs au nom de l'innovation et des start-up.

Parlons chiffres maintenant : en 2019 Viva Tech a touché près de 231 millions de personnes dans le monde, réunissant 124 000 visiteurs avec 13 000 start-up. Une belle évolution car au total en quatre ans il y a une réelle augmentation. Plus de 80 000 visiteurs et plus de 8 000 start-up présentes. Pour rappel en 2016, c’était 45 000 visiteurs avec 5 000 start-up.

Cette édition 2021 sera bien évidemment un peu particulière encore mais au moins le salon a lieu. Pour être présent parmi les 5 000 visiteurs physiques, il faut arborer son pass sanitaire. 500 exposants sont à priori annoncés sur cette édition spéciale et contrainte. Je dis à priori, car en effet les chiffres ne sont pas clairs et le site web du salon annonce toujours fièrement 13 000 start-up (en ligne peut être ?).

5 thèmes clefs dont 2 à impact

Le salon met en avant 5 thèmes clefs. Les 2 premiers thèmes sont dans la thématique tech for good. Le salon suit la tendance de la tech et de l’impact.

- Le premier thème concerne la technologie au service de la planète et présentera une série d’émissions pour répondre aux défis environnementaux du XXIème siècle. Un concours sera également mis en place, le FAMAE (avec des innovations durables dans 6 domaines)

- Le deuxième thème sera sur la technologie au service de la société (en collaboration avec l’UNESCO) Viva Tech met en avant son savoir-faire pour l’open innovation pour apporter des solutions concrètes sur de grand défis sur les sujets d’actualité comme l’intelligence artificielle, la biodiversité et la protection de la planète. Les femmes seront mises en avant avec deux initiatives pour promouvoir leur place tel que le Female Founder Challenge et Mega woman & Girls in Tech.

- Tech to Watch sur les innovations qui façonnent le monde de demain (la santé sera le sujet principal sur les dernières innovation génétique et biotechnologie)

- Scaling up lancée par le Président de la République française pour accélérer l’émergence de champions européens de la tech qui rassemble plus de 150 fondateurs et biens d’autres.

- Dernier sujet : futur of work et la transformation numérique pour la reprise économique (comprenant l’impact du télétravail sur les organisations individuelles mais aussi la culture d’entreprise ; les changements durables de notre façon de travailler et la façon dont les entreprises ont dû s’adapter).

Tim Cook, Mark Zuckerberg… what else ?

La liste d’intervenants pour le salon Viva Technology est juste… monstrueuse. Aucun doute là-dessus il y a du beau monde de prévu.

Parmi les différentes têtes d’affiche nous pouvons citer :

- Tim Cook, Apple,

- Mark Zuckerberg, Facebook,

- Brad Smith, Microsoft,

- Arvind Krishna, IBM,

- Thierry Breton, commissaire européen,

- Peggy Johnson, C Magic Leap,

- Tanya Accone, UNICEF,

- Etc…

Vous avez dit entreprise à impact positif ?

S’il y a bien une tendance, ce sont les entreprises à impacts. Ceci n’a rien d’étonnant, selon un sondage du quotidien Les Echos (2020) 90% des salariés sont en quête de sens ! Des salariés qui sont aussi consommateurs et attendent des entreprises des engagements.

Le salon Viva tech ne s’est pas trompé et a donc donné la part belle à ces entreprises. On retrouve 2 thèmes dédiés à cette « positive tech » : Tech for environnement et Tech for society.

Nombre de start-up surfent sur la vague du positive impact, parfois en proposant un produit/service qui a un réel impact sur l’environnement, la société. Ces mêmes entreprises sont-elles réellement des entreprises à impact ? Ces start-up s’appliquent à elles-mêmes leurs grandes idées marketing ?

Avant l’ouverture du salon, nous avons donc décidé de regarder sous un angle factuel quelle était la part de startup réellement vertueuse. Avec près 1 000 start-up, on n’a pas pu tout regarder… (oui il fait beau en ce moment alors on est aussi bien à la plage). Nous nous sommes concentrés sur le thème « Environment et Greentech » et uniquement sur les start-up.

Nous avons regardé des critères factuels évitant ainsi tout interprétation subjective d’un discours marketing, en vérifiant pour chaque start-up son réel engagement :

- Agrément ESUS (reconnu par l’état entreprise solidaire à utilité sociale) – le plus haut niveau factuel d’engagement

- Inscrite dans l’ESS (Economie Sociale et solidaire) – engagement réel

- Labellisée B Corp ou Label Lucie ou Positive Impact ou engagé RSE AFNOR – labels privés sérieux

- Entreprise à mission – statut récent issu de la loi pacte (engagement modéré sur la raison d’être)

Nous aurions pu également regarder le thème tech for society, mais d’une part il fallait faire un choix et d’autre part si vous faites une passe en diagonale sur les entreprises inscrites sur ce thème, vous vous demanderez comme moi ce que bon nombre d’entreprises font dans ce thème.

On aurait pu s’attendre à avoir 1/3 de ces start-up avec un engagement réel, voire mieux la moitié d’entre-elles. Il n’en est rien. Quel pourcentage des start-up ayant coché le thème « Environment et Greentech » affichent un réel engagement sociétal ?

8%

8% uniquement des start-up du thème « Environment et Greentech » sont des entreprises avec un engagement sociétal factuel et reconnu (c’est-à dire cochant à minima un de nos 4 critères listés plus haut). Ce chiffre peut faire froid dans le dos et en même temps il n’est guère surprenant (j’avais misé personnellement sur environ 10%).

Cela ne retire en rien le fait que leur proposition de produit/service puisse avoir un vrai impact.

Vivatech envoie du lourd….

Pour sa journée d’ouverture ce Mercredi 16 juin 2021, le salon Viva technology n’a pas fait les choses à moitié. Une chose est sûre c’est LE salon de la tech et l’innovation en Europe.

Un échange passionnant entre Bertrand Piccard de Solar Impulse et Jean Bernard Levy d’EDF, un sujet de la transition énergétique qui nous tient plus qu’à cœur comme vous le savez.

Emmanuel Macron, accompagné de Cédric O et Kat Borlongan est venu en personne partager sa vision des start-ups avant d’échanger autour de différents stands et start-up (fruggr n’était pas en manque, teasing….).

S’en est suivi une interview de Tim Cook, CEO d’Apple qui nous a partagé sa vision. Apple qui s’est engagé à être carbone neutre d’ici 2030 pour rappel.

La journée s’est conclue avec l’infatigable et brillant Maurice Levy de Publicis (également cofondateur du salon).

Voilà pour quelques moments choisis, il y avait plein d’autres intervenants passionnants, tellement qu’il est impossible de tous les voir.

Les premières orientations à VivaTech

Cette 5ème saison de Vivatech était un peu particulière. On imagine le casse-tête pour les organisateurs qui n’ont pas dû manquer d’énergie, comme pour les exposants. En effet, tout a dû se faire à la dernière minute. Au final donc des allées beaucoup plus calme que les années précédentes (jauge sanitaire oblige) et beaucoup moins d’exposants (mais je ne sait toujours pas le chiffre, désolé je n’ai pas compté…).

Lors de ma première venue à Vivatech (saison 1) un sujet m’avait interpellé, l’intelligence artificielle (IA) était partout. Quasiment tous les stands évoquaient une approche d’IA. Lorsque l’on grattait un peu, les 2/3 étaient incapables de vous évoquer pour faire quoi et comment, bref c’était plus un nuage d’IA (et non de l’IA dans le cloud). Cette année l’IA est toujours un mot clef présent dans les start-up mais avec plus de pertinence.

Les robots sont toujours présents à Vivatech également ; comme si un salon sans robot n’était pas un salon de l’innovation. Chaque année ils sont là mais on attend toujours le business case pertinent. On est plus dans l’innovation exploratrice qu’une innovation sobre.

La medtech semble confirmer son essor, à suivre d’ici la fin de semaine ici même pour en savoir plus.

Il soufflait également un vent de bien être (bon déjà c’était climatisé fort heureusement) mais surtout plusieurs start-up ont fleuri sur ce thème.

Les sujets de sécurité, d’éthique numérique étaient bien présent, et tant mieux.

Les sujets de l'environnement étaient bien présent, dès demain je vous en parlerais.

On retrouve également les habituels grands groupes, avec des stands significatifs qui accueillent des start-up que l’on peut dire « variées »…. On peut citer notamment BNP Paribas, EDF, Engie, Veolia, Sanofi, Orange, Huawei, La Poste, RATP, KPMG…. Désolé j’en oublie. Même si ces grands stands on ne pouvait pas les rater. Cette synergie grand groupe et start-up est toujours essentiel.

Plusieurs régions avaient également décidé de réunir leurs plus beaux habits de start-up : Normandie, Grand, Auvergne, Occitanie, Nouvelle Aquitaine pour ne citer qu’elles. Des zones pour certaines bien faites.

Pour le reste, du fait des conditions exceptionnelles les start-ups étaient disséminées rendant leur présence compliquée. Pas simple ce dernière minute en phygitale… Les conditions n’ont pas permis de retrouver des villages sur les 5 thèmes arborés par VivaTech. Le sustainabliity park avait beaucoup de mal par exemple a xisté.

Bref, une très belle première journée. Malgré les conditions très particulières, on peut dire que c’est une belle réussite, surtout avec ces contraintes. Un vent frais et agréable de maturité semble souffler sur les start-up de ViVatech …. A suivre demain

Day 2 : après le président au tour des ministres pour défendre la tech pour tous

C’est le day 2 à Viva Tech et l’on ne peut pas dire que le rythme des interventions passionnantes se soit arrêté !

Après une très pertinente intervention de Thierry Breton ce midi, la journée s’est terminée avec l’interview de Mark Zuckerberg par Maurice Levy. Les visiteurs ont pu écouter aussi Thomas Kurian, le patron de Google Cloud. Pour notre part, un coup de cœur pour Jean Guo, membre également d’Impact France comme nous (spécial dédicace à la tech for good), qui a évoqué un sujet qui nous tient à cœur le numérique inclusif. L’illectronisme est un vrai sujet de société et ils touchent notamment les jeunes éloignés de l’emploi.

Nombreux ministres sont venus prendre le pouls des start-up, avec la présence bien évidemment de Cédric 0, mais également de Bruno Lemaire, de Florence Parly ou encore d’Agnès Pannier-Runacher.

Un petit tour de quelques start-up inspirantes

Dans la catégorie du « feeling good for good job » on retrouve différentes start-up :

  • Open Mind : la neurotechnologie au service du développement humain. J’ai pu tester une courte expérience avec leur masque de réalité virtuelle. 3 modules : concentration, stimulation et relaxation.
  • Effency, un bot qui vient s’insérer dans votre Teams ou slack afin de booster le management collaboratif ; la solution s’accompagne d’un suivi personnalisé
  • Chiron IT encore mieux que la Wii. Prêt à améliorer vos performances physiques ? Chiron It grâce à son système d’analyse de mouvement à base d’IA et une caméra connectée qui peut réduire le risque de blessure, peut aussi personnaliser l’entrainement ou encore être utilisé dans la rééducation grâce à un suivi en temps réel. Cela s’adresse plus aux sportifs. @Jérôme ?

Je vous fait une première sélection « Medtech « et je pense que je reviendrais dessus un peu demain, car en effet cette thématique revenait beaucoup :

  • Revolve, un fauteuil roulant pour handicapés qui se plie en quelques instants et prend la taille d’un sac à main, de 10 kgs quand même. Un sujet souvent délaissé. Andrea Mocellin, le fondateur et créateur m’a partagé sa vision, notamment d’une version électrique à venir. J'ai été bluffé.
  • Grapheal : optimise la santé à distance grâce à des capteurs portables jetables qui sont connectés à une technologie, elle permet d’optimiser le suivi d’un diagnostic médical continu par une surveillance à distance de plaies difficiles à guérir. Cet outil d’évaluation permet un gain économique et un réel potentiel des objets connecté dans la médecine.
  • Bodyo : des cabines d’autodiagnostic médical. J’ai particulièrement aimé le business case pour les territoires, permettre un accès simplifié en zone de densité faible avec autodiagnostic et consultation de télémédecine.

Economie circulaire, un thème qui m’est chère et j’ai malheureusement pu voir trop de solutions sur cette thématique :

  • Kippit, des produits électroménagers durables. En finir avec l’obsolescence programmée en voilà une excellente idée ! Kareen Maya Levy y croit à fond. Elle a conçut un premier produit qui n’est autre qu’une bouilloire, avec des options lui permettant de cuire des pâtes ou autres plats. Tout est assemblé en France et fait pour durer à vie. « L’électroménager agréé par l’avenir »
  • Trizzy Bot : un assistant pour accompagner les organisations vers le zéro déchet. Une plateforme basée sur l’information, la sensibilisation
  • Lixa : une intelligence artificielle au service notamment du recyclage des déchets. La jeune start-up s’attaque à des différents business cases. Lixa fournit capteurs, modèles IA et la plateforme.

On finit ce petit tour du day 2 de Viva Tech par 2 visionnaires. Une à application court terme, l’autre plus long terme.

  • Bioxegy : l’innovation par le biométisme. On a beaucoup à apprendre de la nature et des espèces vivantes, j’aime à dire qu’elle est bien faite, excellente idée de s’en inspirer pour innover. Bioxegy m’a partagé un cas très concret : l’encrassement des caméras dans les véhicules autonomes ; ils se sont inspirés des membranes de chameaux pour concevoir un système. Une innovation qui a permis d’économiser 10 fois le volume d’eau.
  • GYOC : stocker les données dans les plantes. Cette start-up arrive à écrire des données dans les plantes et à les récupérer. Une véritable prouesse technologique mais qui n’est encore pas prêt d’être industrialisée. Leur cofondateur Cyrus Clarke est néanmoins brillant et m’a partagé une vision passionnante sur le sujet

Day 3 : une petite dernière liste pour la route

Med tech is back :

  • ExcatCure la médication personnalisée par l’IA. ExactCure lance une nouvelle solution logicielle qui permet d’éviter au patient les sous doses, les surdoses et la prise de médicament en fonction des données et caractéristiques personnelles des patients.
  • Ellcie Healthy pour ne plus jamais s’endormir au volant. Sujet à l’endormissement au volant ? Ellcie Healty propose une solution afin de réduire les accidents du a l’endormissement. Les capteurs sont installés dans des lunettes connectés et analysent le comportement et vous alerte en cas de danger. Elle a également créer une nouvelle application mobile pour apporter des options en matière de protection des salariés sujets au travail à risque en analysant le regard et le comportement de l’œil.
  • Synapse Medecine, enfin une notice simple d’accès ! Fini les boites de médicaments qui trainent et dont on ne se rappel plus de l’utilité ! Synapse Medecine, indépendante de tout laboratoire pharmaceutique, s’est donné comme mission de rendre l’accès facile aux informations concernant les médicaments.
  • Posos, on vous avait bien dit que les antibiotique ce n’était pas automatique ! Exit Siri et Alexa bonjour Posos ! Grâce à son IA, un médecin peut lui poser une question dans ses propres mots et en fonction du profil du patient obtient un diagnostic et trouve un protocole de traitement alternatif
  • Cibiltech une greffe qui ne fait plus grève. Ce suivi personnalisé évalue les risques liées à une greffe de reins et améliore la survie des greffons. Tout en créant à l’aide de laboratoires pharmaceutiques des médicaments afin de réaliser un meilleur suivi et de traiter ses patients.

Economie circulaire,

  • Place2Swap : une plateforme d’économie circulaire. Son concept ? une marketplace en marque blanche. Les clients de Cdiscount peuvent par exemple vendre et d’acheter des produits de seconde main entre eux.

Social

  • Each One : une vraie entreprise à impacts qui publie d’ailleurs son rapport d’impact. Elles étaient rare sur VivaTech. Leur mission : redonner vie aux projets professionnels des réfugiés.

RSE

  • Plateforme pour animer la RSE dans les entreprises, pour en citer 2 présentes sur le salon : ZEI, basée sur un aspect déclaratif avec des contrôles, complété de partenaires pour booser la RSE. Et Citizenwave, une approche basée sur du contenu pour sensibiliser et mettre en action les collaborateurs d’une entreprise.

Environnement

  • BEFC : générer de l’électricité à partir de papier et d’enzymes. Une innovation pour des piles écologiques. On adore.
  • Afyren : la révolution aux produits issus du pétrole. Fini l’époque des produits issus d’acides de pétrole ! Afyren développe une technologie respectueuse de l’environnement ayant comme objectif de proposer des produits de substitution avec des molécules organique tel que les betteraves sucrières pour différents domaines d’utilisation.
  • Farm3, la nouvelle ferme de demain. Avez-vous déjà vu une ferme verticale sur un toit ou un mur ? En plus de pousser partout, ces fermes permettent d’économiser 99% d’eau et d’engrais. Ces « cubes » permettent de viser des pays où il n’y a pas d’espace et où les conditions climatiques sont difficiles et permettent donc de cultiver plus de 2000 plantes ! Et félicitations à eux qui ont rejoint comme Fruggr la communauté BPI CoqVert !

Day 3 : last day for innovative business

C’est le day 3 à Viva Tech, l’avant dernier jour. Samedi est un jour ouvert au grand public. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’aller au salon il est encore temps.

Nous ne serons pas avec vous samedi, c’est donc la fin de l’article (snif). On vous fera à froid une synthèse, ce qu’il faut en retenir. A suivre semaine prochaine.

Pour plus d'informations.

Tribu Rennes

1 Rue du Général Maurice Guillaudot
35000 Rennes

Tribu Nantes

6 rue Saint Domingue
44200 Nantes

Tribu Paris

179 rue Vaugirard
75015 Paris

Faire connaissance.

Ecris-nous
Mentions légales